Les fours à Chaux de Chartres :

 

Balade familiale du dimanche 24 octobre

Sous un pâle soleil de début d’automne, une cinquantaine de baladeurs et une vingtaine d’ânes se sont rassemblés à 14 h depuis l’Espace de la Gautrais pour goûter au plaisir de la marche accompagnée de leurs amis aux longues oreilles… L’objectif avoué était d’atteindre la ville de Chartres de Bretagne qui se situe exactement ( pour ne pas manquer l’objectif ! ) à 48 degré de latitude Nord (comme Quimper, Colmar ou Terre Neuve) et à 1degré 42 minutes de longitude Ouest (comme Cherbourg, ou Mopti au Mali)…

Un peu d’histoire : Cette bourgade comptant actuellement 7 500 âmes, s’est installée à l’époque romaine, sur une voie importante, reliant Nantes cité des Namnètes à Rennes capitale de la Cité des Reidones (un Grand Chemin, longeant Bruz par la Chaussérie, garde encore la mémoire de ce tracé). Tracé repris lors de la création des communes sous la Révolution..

Jadis, ce haut lieu de pratiques druidiques avant le développement du Christianisme dans notre région, portera le nom de Carnute puis Cartres : latinisé en Chartres ( sous l’occupation Romaine ). En 1920 un décret ministériel fixa l’appellation de Chartres de Bretagne pour la distinguer de Chartres en Eure et Loire….

 

L’objectif de cette balade était d’atteindre de site des Fours à Chaux de la Lormandière …. Situé à une bonne heure de marche de la Gautrais …

 

(Afin de joindre l’utile à l’agréable et pour ne pas mourir idiot quelques explications ont été données sur le site et sa production…)  

 

« Depuis l’époque Gallo-Romaine et au Moyen-Âge, les constructions utilisaient la chaux, produit miracle, qui connaît de nombreuses applications : cette poudre obtenu en cuisant à 1000° des blocs de calcaire dans des fours. Le calcaire est présent dans le sous-sol chartrain, à faible profondeur ( 6 à 7 m).. Il suffisait de jeter des pierres de calcaire dans un brasier … Très tôt nos ancêtres comprirent la nécessité de construire des fours susceptibles de conserver la chaleur afin d’économiser le bois et les bottes de bruyères….

Fours à grande flamme et à petite flamme : La pierre calcaire cuite pendant plusieurs jours deviendra de la chaux vive….

 

Puis au XIXè siècle on utilisera des fours industriels pouvant atteindre 12 à 13 m de haut et le combustible utilisé sera le charbon…

Les pierres de calcaire étaient déversées à la fourche dans le gueulard du four en alternance avec du charbon (du coke).. Le tout pouvant cuire ainsi sans interruption pendant plusieurs mois ; la chaux était recueillie en bas du four sous la voûte appelé « l’ébraisoir »…

Selon l’usage auquel on destinait, cette chaux recueillie, servait à amender la terre ou était utilisée dans le bâtiment ( mortier à la chaux)…

Selon les experts les plus éminents en archéologie industrielle, l’état actuel de conservation des sept fours à chaux de Lormandière est exceptionnel et unique en Bretagne …

Le nom de Lormandière fut attribué à ce hameau situé à 1,5 Km de Chartres. Autre fois appelé «  La Normandière » cette terre des Closiaux contenait du calcaire.

□ Charles Coudé (Assureur à Rennes) 1806-1893),en raison de son mariage avec Antoinette Anneix de Souvenel de la Glénière) a hérité en 1837 de 3 hectares de terres au lieu dit de Martival, dénommées « Les Closiaux ».

Cet endroit contenant du calcaire, il prit donc l’initiative de l’extraire en faisant construire à partir de 1853, 7 fours que l’on peut encore voir aujourd’hui .

 

Ce lieu à l’époque était desservi par une ligne de chemin de fer… Pour pomper l’eau au fond de la carrière une première machine à vapeur fut installée vers 1855. L’eau de pompage était rejetée dans la Seiche par des aqueducs, le long du chemin des Ruelles et ruisseau de la Marionnais (toujours visible dans le Parc des loisirs de Chartres...)

 

Depuis 1927 en raison des difficultés économiques dues à la concurrence des ciments belges, des phosphates du Maroc, et des potasses d’Alsace la société des Fours à Chaux de la Lormandière a décidé de fermer les grands fours et d’arrêter de pomper les eaux de la carrière, (elle se transforma en un lac profond qui connu des drames ; noyades). Cet étang fut progressivement remblayé dans les années 1980. Le site est classé pour sa flore ( l’orchidée de la Lormandière) par le Conseil Général d’Ille et Vilaine et les fours sont inscrits sur l’inventaire des monuments historiques …

 

En 1860 la construction de la ligne de chemin de fer Rennes-Redon va valoriser la carrière des Closiaux qui se trouve à 350 m du passage à niveau de Martival :

Charles Coudé fit construire un « Port-sec » : un embranchement ferroviaire pour faire circuler ses marchandises…Il cède la présidence du Conseil d’administration en 1870 à Eugène Doret , 3 ans plus tard la société des fours à chaux est déclarée en faillite par le Tribunal de Commerce de Rennes. Une nouvelle société fut créée avec la construction de 7 nouveaux fours capables de cuire 210 m3 de calcaire simultanément. Une grande maison fut construite en briques ( maison ouvrière) pour y loger ouvriers et contremaîtres… de la grande famille des chaufourniers…

Une centaine d’ouvriers chaufourniers travaillaient sur le site de la Lormandière ( dont 20 à la carrière) jusqu’en 1927 pour extraire 15 000 m3 de calcaire : les 7 fours produisaient 6 000 tonnes de chaux par an, qui après la cuisson, était transportée sur les aires d’extinction puis de lavage, au blutage et à l’ensachage…

L’entreprise devint l’une des plus importantes unités de fabrication de chaux en Bretagne ( 150 personnes sont employées dans les 14 fours sur les deux sites ). »

 

La baisse progressive de la production ( 600 tonnes par an ) amena en 1938, la Maison Picard à prendre la décision de fermer l’usine : les 25 derniers ouvriers perdent leur emploi ….

 

En 1988 le Conseil Général d’Ille et Vilaine en devint propriétaire et en fit un site protégé pour sa flore calcicole en particulier ses orchidées.

 

Extraits du livre sur Chartres de Raymond Fillaut et de Claude Le Nézet

Le conservateur de ce site de la Lormandiaire est Jean-Pierre Primault…

 

La prochaine balade familiale est fixée au dimanche 28 novembre avec nos amis âniers du bassin rennais …